LIVRAISON DANS LE MONDE ENTIER DEPUIS LE JAPON ET L'AUSTRALIE

Matcha : une brève histoire

Publié le avril 07 2023, Article de Luke Alcock

Matcha : une brève histoire

Introduction

Le Matcha, la poudre de thé vert vibrante, gagne en popularité dans le monde entier pour son goût captivant et ses nombreux bienfaits pour la santé. Même si sa présence dans les cafés et les épiceries peut sembler une tendance récente, l’histoire du matcha est profondément enracinée et s’étend sur plus d’un millénaire.

Cet article se penche sur l’histoire fascinante du matcha, depuis ses humbles débuts dans la Chine ancienne jusqu’à son statut estimé dans la culture japonaise.

Les premiers débuts : la Chine

L'histoire du matcha remonte à la dynastie Tang en Chine, entre le VIIe et le Xe siècle. À cette époque, le thé était considéré comme une denrée précieuse et était souvent réservé à une élite. Les feuilles de thé étaient récoltées, cuites à la vapeur et compressées en briques pour le transport et le commerce, ce qui était la méthode la plus pratique à l'époque.

Pour préparer une tasse de thé, un morceau de brique de thé était cassé, pulvérisé et mélangé à de l'eau chaude. Cette première méthode de préparation du thé a jeté les bases de ce qui deviendra plus tard le matcha.

Durant la dynastie Song (960-1279), la culture et la consommation du thé étaient florissantes. Les Chinois ont introduit une nouvelle méthode de préparation du thé, connue sous le nom de « fouetter le thé ». Les feuilles de thé étaient broyées en une fine poudre et fouettées avec de l'eau chaude, créant une boisson mousseuse qui ressemblait beaucoup au matcha moderne. Cette nouvelle façon de consommer le thé gagna en popularité et fut même célébrée dans le célèbre « Traité sur le thé » de l'empereur Huizong en 1107.

Le voyage au Japon

Les origines du matcha au Japon remontent au 12ème siècle, lorsque le moine bouddhiste zen Eisai a importé des graines de thé de Chine dans ce pays insulaire. Les graines furent plantées dans la région de Kyoto et les Japonais commencèrent à cultiver leur thé. Il faudra cependant attendre la période Kamakura (1185-1333) pour que le matcha, tel que nous le connaissons aujourd’hui, commence à prendre forme au Japon.

Eisai, à qui on attribue souvent la vulgarisation du bouddhisme zen au Japon, a également joué un rôle déterminant dans l'introduction du concept de fouetter le thé. Il a écrit le célèbre livre « Kissa Yōjōki » (喫茶養生記), qui se traduit par « Boire du thé pour la santé », en 1211. Le livre vantait les bienfaits du thé pour la santé, en particulier du matcha, et encourageait sa consommation comme moyen de promouvoir la santé mentale. clarté et longévité.

Matcha et bouddhisme zen

La relation entre le matcha et le bouddhisme zen est inextricable. Les moines zen ont adopté le rituel de préparation et de consommation du matcha comme forme de méditation, ce qui les a aidés à atteindre l’état de concentration et de pleine conscience nécessaire à leur pratique. La cérémonie du thé, connue sous le nom de « chado » ou « sado » (茶道), devient partie intégrante de la vie monastique.

Le développement de la cérémonie du thé est souvent attribué à Murata Jukō (1423-1502), un moine zen qui mettait l'accent sur les aspects spirituels de la consommation du thé. Jukō, considéré comme le père de la cérémonie du thé japonaise, prônait le « wabi-sabi » – une appréciation de la simplicité, de la modestie et des imperfections de la vie – dans la pratique. Cette philosophie est devenue la pierre angulaire de la cérémonie du thé et reste aujourd’hui au cœur de celle-ci.

Matcha dans la classe des guerriers japonais

Aux XIVe et XVe siècles, la consommation de matcha s'est répandue au-delà des limites du monastère et dans la classe des samouraïs. Les guerriers, inspirés par les moines zen, ont intégré la cérémonie du thé dans leur code de conduite, connu sous le nom de « bushido ». Les samouraïs croyaient que la pratique du chado les aidait à développer la discipline, la force mentale et un sens accru de la conscience.

Les rassemblements de thé, ou « chanoyu », sont devenus un élément essentiel de la culture des samouraïs, offrant aux guerriers l'occasion de forger des alliances et de démontrer leur maîtrise de la cérémonie du thé. Ces rassemblements leur ont également permis de présenter leurs exquis ustensiles à thé, souvent considérés comme des symboles de statut social.

L'âge d'or du matcha

Le XVIe siècle marque un tournant dans l’histoire du matcha, souvent qualifié d’âge d’or. La cérémonie japonaise du thé a gagné en popularité et le matcha est devenu un symbole de luxe et de sophistication. Cette période voit l'émergence des « grands maîtres du thé », comme Sen no Rikyū (1522-1591), qui influencent considérablement le développement de la cérémonie du thé.

Rikyū, considéré comme le maître du thé le plus vénéré de l'histoire du Japon, a introduit plusieurs innovations dans la cérémonie du thé qui sont encore pratiquées aujourd'hui. Il a souligné l'importance de l'harmonie, du respect, de la pureté et de la tranquillité – les quatre principes du chado. Rikyū a également préconisé l'utilisation d'ustensiles à thé rustiques fabriqués localement, qui s'alignent sur l'esthétique wabi-sabi.

Découvrez ici tout ce que vous devez savoir sur la cérémonie du thé japonaise.

Le déclin et la résurgence du Matcha

Au cours de la période Edo (1603-1868), la popularité du matcha a décliné à mesure que les roturiers ont commencé à privilégier le sencha, une forme de thé vert plus abordable et plus accessible. Le matcha est devenu de plus en plus associé à l’élite et sa consommation était principalement limitée à l’aristocratie et à la classe des samouraïs.

La résurgence moderne du matcha a commencé à la fin du 20e siècle, alors que ses bienfaits pour la santé ont attiré l'attention de la communauté mondiale. Riche en antioxydants, en particulier en catéchines, le matcha a été associé à une série de bienfaits pour la santé, notamment une meilleure santé cardiaque, une augmentation du métabolisme et une réduction de l'inflammation.

De plus, la présence de L-théanine, un acide aminé présent dans le matcha, favoriserait la relaxation et réduirait le stress, conformément aux principes zen associés depuis longtemps à la consommation de matcha.

Aujourd'hui, le matcha est apprécié dans le monde entier comme ingrédient polyvalent dans une variété d'applications culinaires, du thé traditionnel aux lattés, smoothies et pâtisseries. Sa couleur verte vibrante, son goût unique et ses nombreux bienfaits pour la santé ont consolidé son statut de superaliment recherché.

Vous pouvez consulter nos délicieuses recettes de matcha ici .

Conclusion

L’histoire du matcha est un voyage fascinant, reflétant la relation complexe entre la culture, la spiritualité et l’art du thé. Depuis ses débuts dans la Chine ancienne jusqu'à son évolution au Japon en tant que symbole du bouddhisme zen et du code de conduite des samouraïs, le matcha a transcendé le temps et les frontières pour devenir une boisson appréciée dans le monde entier.

Vous voulez en savoir plus sur l’histoire du matcha ? Consultez notre page Histoire du Matcha .

En savourant chaque gorgée de ce thé vert vibrant, nous participons à une tradition vieille de plusieurs siècles, appréciant l'harmonie, le respect, la pureté et la tranquillité qu'il incarne.